Ebola et « théorie du complot »

On ne peut être complet sans évoquer des balivernes qui circulent sur le sujet. Pour certains, le virus Ebola serait une création des occidentaux pour nuire d’une manière comme d’une autre aux Africains (les empêcher de se développer, piller leurs « richesses », voire les exterminer, etc.), il s’agirait d’un essai de vaccin qui aurait mal tourné (les laboratoires pharmaceutiques ont souvent utilisé les populations africaines comme un champ d’expérience échappant à tout contrôle et toute déontologie), ou bien encore de création de la CIA en vue d’une guerre biologique. Bref, l’imagination paranoïaque est sans limites et beaucoup d’individus ont l’air de croire dur comme fer à ce qu’ils affirment.


Le plus grave est qu’il existe une frange de la population qui est négationniste pure et dure (comme l'atteste l'attaque perpétrée dans un quartier de Monrovia contre un centre de traitement le samedi 16 août, dont les malades ont finalement rejoint un hôpital de la ville). Pour eux, la maladie et le virus ne sont que des inventions des médias et n’ont jamais existé. Cela est plus dangereux que tout, car ceux qui pensent ainsi négligent toute précaution vis-à-vis de l’épidémie. Ils continuent de chasser et de consommer la viande de brousse, voire éventuellement de se déplacer dans les zones à risque. L’ignorance et le déni, c’est sans doute ce qui est, en la manière, le plus dangereux.

Ci-dessus : ll faut le voir pour le croire ! Voilà le genre d'âneries qui est susceptible de freiner la lutte contre le virus et de favoriser le développement de l'épidémie. (à gauche : "Le Monde d'Abidjan" du lundi 18 août). Le fait que ce journal ne soutienne pas l'action du gouvernement et que la liberté de la presse soit désormais une réalité en Côte d'Ivoire n'excuse pas qu'un journal se permettre de diffuser de telles allégations fallacieuses et criminelles, sorties de l'imagination d'un escroc, sans aucune précaution oratoire. Nous espérons vivement que les autorités compétentes séviront avec la plus extrême rigueur contre cette tentative de manipulation inacceptable des esprits fragiles. Malgré les injonctions du gouvernement, l'épidémie continue à faire le bonheur des faux prophètes et autres charlatans (à droite, "Le Point d'Abidjan" du 2 septembre 2014)
Conclusion

L’épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest est une affaire sérieuse qu’il ne faut pas prendre à la légère. Elle doit mobiliser toutes les ressources de santé mondiales, à commencer par les populations locales et les moyens gouvernementaux.

Habituellement, de telles épidémies ne durent pas, et le virus retourne rapidement à la clandestinité forestière dont il n’aurait jamais dû sortir. La large dissémination de l’épidémie est sans doute imputable au manque d’information et à l’indiscipline des populations, le tout lié à l’insalubrité et au manque d’hygiène ambiant. Nul doute que la gravité de la situation va encourager les responsables à faire évoluer favorablement cet état de choses.
Pour le moment, la Côte d’Ivoire n’est pas touchée par ce fléau. La population a été sensibilisée et il semble que des mesures appropriées soient prises. On souhaite qu’elles rencontrent l’adhésion massive des populations.

Pour le touriste qui suit nos programmes, le risque est donc quasiment inexistant. Nous ne visitons pas la région qui présente le plus de risque de présence du virus dans l’écosystème naturel (forêt de Taï), nous ne proposons pas de consommer de la viande de brousse et pour le reste, nous nous conformons aux recommandations d’usage, qui sont parfaitement adaptées au contexte de nos activités. Par conséquent, en l’état actuel des choses, l’épidémie d’Ebolavirus ne doit pas constituer un frein à l’activité touristique au Sud de la Côte d’Ivoire telle que nous la proposons.