Environnement et Tourisme Vert en Côte d'Ivoire

Le Sud Forestier 

Enclavée sur une bande de terre longtemps isolée du reste du pays par la lagune Ebrié, Jacqueville et la région environnante est désormais desservie par le pont Pont Philippe Grégoire Yacé (du nom de cet intellectuel et homme politique ivoirien né à Jacqueville en 1920), inauguré en mars 2015. On peut donc se rendre facilement à Jacqueville par la route, et le vieux bac n’est plus qu’un souvenir rongé par la rouille près de l’accès sud-ouest du pont. Les routes des environs immédiats sont très belles, mais aller très au-delà vers l’Ouest sur ce territoire relève un peu du parcours du combattant. 
La culture dominante est celle du cocotier, qu’on voit à perte de vue en certains endroits, et qui est, de toutes manières, omniprésent, ainsi que les activités, artisanales ou industrielles, de transformation du produit et les inévitables résidus qu’elles produisent en quantité (coques…).  
La petite ville de Jacqueville présente certaines similitudes avec Grand Bassam, car elle possède aussi quelques pièces d’architecture coloniale respectables mais en ruines, et son principal attrait est le bord de mer (plages et maquis en bord de mer sous les cocotiers). Mais la mer y est tout aussi dangereuse et la natation y est déconseillée. 
Plus à l’Ouest (environ 40 km) se trouve le village de Toukouzou, où naquit le prophète Papa Nouveau (décédé en 2001 à l’âge de 100 ans), dont l’église est active sur tout le littoral. 
Les zones en bord de lagune présentent un intérêt environnemental, notamment ornithologique et recèlent de jolis paysages. 

Ancien bâtiment de l'époque coloniale, en ruine et à l'abandon, dans la ville
La plage à Jacqueville
Paysage typique de la région de Jacqueville: village enfoui sous une cocoteraie dense en bord de mer.
Le bord de la lagune à proximité de Koutouzou
Cocoteraie à Nguessandon, à proximité du canal d'Azagny