Environnement et Tourisme Vert en Côte d'Ivoire 
Le VTT 
 
Les parcours que nous avons évoqués dans le cadre du jogging/cross-country et de la randonnée pédestre sont également adaptés, pour la plupart d’entre eux, à la pratique du VTT. 

D’une manière générale, nous regrettons que de nombreuses zones qui ont un fort potentiel vis-à-vis des trois types d’activité : randonnée pédestre, jogging/cross-country et VTT, ne fassent pas l’objet d’attention suffisante de la part des autorités et sont souvent laissés à l’abandon et envahis par une végétation non contrôlée, quand ce n’est pas par des dépôts sauvages de détritus, alors qu’il suffirait de peu de choses pour obtenir de magnifiques terrains de jeux. Cela limite les pratiques sportives et impose certaines précautions. En particulier, nous déconseillons formellement de quitter les sentiers balisés pour s’aventurer dans les taillis et les grandes herbes qui poussent au bord (et parfois au milieu) de ces pistes, ainsi qu’aux abords des étangs (même artificiels), marigots et cours d’eau, cela afin de ne pas détruire des végétaux éventuellement précieux, de prévenir les chutes, mais, surtout, d’éviter le risque de rencontres fâcheuses avec des reptiles dangereux (serpents venimeux, crocodiles…).

De belles allées profilées en sous-bois permettent la circulation de véhicules, mais sont aussi très bien adaptées à la pratique du VTT (Bingerville).
La pratique de la randonnée, du jogging ou du VTT expose à des rencontres inattendues, comme ce troupeau de boeufs à bosse en transit entre deux lieux de pâturage "sauvage" à Yamoussoukro (dont la divagation n'a pas vraiment l'aval des autorités...)